Le deuxième effet Dobble (3/3)

Vous vous souvenez de la surprise de la semaine dernière ? Oui, oui, l’improbable association de la Française des Jeux (FDJ) et de l’éditeur de jeux de société Asmodée pour proposer une loterie instantanée basée sur les codes d’un jeu d’ambiance à destination des familles et des jeunes adultes. Toutefois, cette adaptation du jeu est loin d’être la première.

2016 : le début du partenariat entre Asmodée et la FDJ

Dans le cadre de sa stratégie de développement, Asmodée s’était déjà ouvert à d’autres secteurs d’activité commerciale. Dans le monde du numérique, Dobble est disponible sur iPhone depuis juin 2011, sur Facebook depuis septembre 2011 et sur iPad depuis décembre 2012 pour un peu moins de 2 euros. Avant cela, un grand nombre d’éditions thématisées du jeu de carte ont été proposées au public (pour 15 euros) tel que les versions Star Wars, Chrono, Corsica, marquesHollywoodCircus, Chiffres & Formes et Kids. Le partenariat entre l’éditeur de jeux de société Asmodée et la loterie nationale (FDJ) date de 2016. Bien qu’ils s’adressent au « marché du jeu » sous un angle différent, la FDJ explique que l’objectif est commun :

"Amener leurs consommateurs sur un chemin ludique via des thèmes originaux, répondant à des contraintes de jouabilité rapide et stimulante"

Jeu d'argent en ligne L'Or des Caraïbes  Jeu d'argent en ligne Splendor  Jeu d'argent en ligne Cléopatre

Collaboration jamais vue dans d’autres pays Européens alors que certains ont une législation beaucoup plus laxiste sur les jeux d’argent comme les Pays-Bas, la FDJ explique que Dobble est la quatrième réalisation commune avec un éditeur de jeu de société, en l’occurrence Asmodee. Après une contribution au graphisme du jeu digital FDJ L’Or des Caraïbes (mai 2016) inspiré du jeu Black Fleet, une reprise du nom et du graphisme de Splendor (juin 2016) et une apparition du graphisme de Cléopâtre et la société des architectes dans la série limitée Bingo Live Le Mystère des Pyramides, les deux entreprises ont changé de registre en s’inspirant d’un jeu d’ambiance à succès. Avec Dobble à gratter, c’est l’ensemble des codes marketing d’un jeu de société ciblant un public jeune et vendu à plusieurs millions d’exemplaires qui sont exploités par la FDJ.

Le ticket à gratter Blackjack         Le ticket à gratter Monopoly         Le ticket à gratter Solitaire

L’entreprise nationale avait déjà utilisé d’autres jeux de société, comme le Monopoly, le Black Jack ou le Solitaire, ces derniers ayant tous une existence de plus de 70 ans associée à une position de jeu classique alors que Dobble est concurrencé par d’autres jeux dans sa catégorie. A travers ce jeu, l’objectif affiché de la FDJ est de conquérir et reconquérir ses clients comme cela est le cas de Maxi Goal ! qui est passé du jeu éphémère à un incontournable grâce au succès qu’il a connu lors de son édition événementielle.

Le ticket à gratter Maxi Goal

Le ticket à gratter Dobble, une porte d’entrée vers un public plus jeune ?

Le règlement de la loterie instantanée nommée Dobble a été écrit par Charles Lantieri le 3 octobre 2016 et inscrit au journal officiel le 21 décembre de la même année. Chaque émission est répartie en blocs de 2 000 000 tickets avec un prix de vente de 3 €, plus des deux tiers des mises étant reversés aux joueurs. Lancé le lundi 2 janvier 2017, Dobble complète la gamme illiko sur ce segment de mise composé de VegasMots CroisésMiel d’Or et Maxi Goal et intègre l’univers « Nature » en rejoignant les jeux La ruche d’or, L’arbre aux trésors, Diamond river et les Kumulos disponibles uniquement en ligne. La FDJ explique que le joueur a une chance sur 3,71 de remporter un gain à ce jeu qui propose le meilleur taux de retour (68%) des jeux éphémères à 3€. Le jeu sera commercialisé à 26 millions d’exemplaires dans 31 900 points de vente ainsi que sur FDJ.fr, ce qui représente un gain potentiel de plus de 20 millions d’euros pour la FDJ et ses partenaires.

Enseigne FDJ
Enseigne FDJ (à l’arrière) et carotte tabac (à l’avant)

Placer le jeu de société Dobble dans les bars-tabacs et autres lieux accueillant la machine de la FDJ pourrait être vu comme une stratégie commune de Asmodée et FDJ pour amener les consommateurs de tickets de loterie instantanée vers le jeu de société. L’idée est belle mais la réalité est toute autre. En s’appuyant sur un jeu de société moderne qui est à l’apogée de son succès, la FDJ et son partenaire ont franchi un cap important dans la séparation entre le monde de la loterie et celui du jeux de société moderne : utiliser les codes marketing d’un jeu de société orienté vers les plus jeunes pour attirer l’œil de cette population vers la loterie nationale. C’est une drôle de manière de faire de la prévention sur les « jeux d’argent » chez les mineurs. On avait déjà pu observer ce type de stratégie marketing avec des paquets de cigarettes ciblant spécifiquement les adolescentes, le débat démocratique ayant permis alors leur interdiction puis l’apparition du paquet unique en France. Faudra-t-il appliquer les mêmes règles au monde de la loterie ? Ce jeu au graphisme enfantin serait-il en train d’être perverti au profit d’une stratégie commerciale planifiée de la part de la FDJ pour rajeunir son public ?

      Interdiction des jeux d'argent pour les moins de 18 ans - Affiche FDJ      Interdiction des jeux d'argent pour les moins de 18 ans - Affiche FDJ

Mineurs et jeux d’argent

L’interdiction de la vente aux mineurs des jeux de grattages de la FDJ a été décidée par décret du gouvernement le 8 mai 2007 avec une entrée en vigueur le 1er juillet 2007. L’Observatoire des jeux (ODJ) explique qu’à cette occasion, la FDJ avait annoncé, dans un communiqué, la mise en place d’un dispositif pour faire respecter cette interdiction et souligne qu’elle « constitue une nouvelle étape dans la protection d’une population qui n’entretient pas avec les jeux de hasard la même relation que la population adulte ». La mention « la vente des jeux est interdite aux mineurs » sera apposée de façon visible sur tous les présentoirs des 40.000 points de vente pour sensibiliser les joueurs. Toutefois, selon l’Autorité de régulation des Jeux En Ligne (ARJEL), un mineur sur trois déclare avoir joué à un jeu de hasard et d’argent « en dur » au cours de l’année malgré l’interdiction imposée par la loi en 2015. Plus encore, le jeu en ligne ou sur smartphone est un secteur en pleine expansion et le contrôle de l’âge des joueurs est beaucoup plus délicat que dans un bureau de tabac. Un article de Zélium daté du 21 mai 2015 explique que l’ODJ a publié une étude le 19 avril 2015 montrant que la FDJ recrute toujours plus d’adeptes chez les jeunes : +12,4%, entre 2010 et 2014, pour la classe d’âge 15-17 ans avec grosse préférence pour les tickets à gratter (66%) par rapport aux paris sportifs (31%).

Evolution du CA et du nombre de joueurs depuis 1999
Evolution du chiffre d’affaires et du nombre de joueurs depuis le début du siècle (source : Observatoire des jeux, 2016).

Dans son rapport financier de 2015, la FDJ explique qu’au cœur de ce qu’elle nomme « politique du Jeu responsable et serein » se trouve ce constat : le jeu est un loisir pour la très grande majorité des joueurs et doit le rester. Elle reste toutefois très vague sur la définition qu’elle donne au « jeu ». En s’appuyant sur les résultats de la deuxième enquête nationale de l’ODJ/INPES/OFDT sur les pratiques de jeu des Français publiée en avril 2015, la FDJ rapporte que l’activité de jeux de hasard et d’argent est en nette augmentation avec une pratique effective chez les mineurs malgré l’interdiction de l’offre de jeux à leur égard. À la demande de la société civile dans le cadre du Laboratoire Sociétal, FDJ a mené une étude « Mineurs, jeunes adultes et jeu d’argent », réalisée par l’Institut ABC+ entre décembre 2014 et avril 2015 dont les résultats sont introuvables. Même si les ventes de la loterie instantanée Dobble avec son design enfantin nous informerons sur le comportement des mineurs et de l’impact de cette mécanique sur les dépenses des joueurs, nous espérons que le bilan de cette loterie sera un échec sans équivoque par rapport au bestseller Cash ciblant beaucoup mieux les clients de la FDJ et que ce genre de transmédialité sera, à l’avenir, soumis à des contrôles plus stricte par la mise en place d’un groupe d’experts du jeu de société moderne.

Le ticket à gratter Cash

Le transfert d’un jeu qui est vendu comme un jeu pédagogique permettant de mieux se concentrer dans des points de ventes comme Nature & Découvertes vers le monde du « jeu d’argent » est une première dans le monde du jeu de société moderne à notre connaissance. Comment justifier l’association entre un jeu de société proposé aux enfants à partir de 6 ans et des tickets de loterie interdits aux moins de 18 ans ? Et si on venait à accepter, comme ils l’affirment eux-mêmes, que la FDJ et Asmodée appartiennent au même milieu ludique, doit-on fermer les yeux sur la vente de cette loterie instantanée ? Ou la société doit-elle questionner la validité juridique mais aussi éthique de l’utilisation d’un jeu de société moderne et de ses codes graphiques pour proposer, non pas de jouer à des jeux de société, mais de parier son argent dans le cadre « plaisant » d’une expérience ludique ?

Asmodée débarque à la FDJ

Pour aller plus loin :

Relire les articles précédents :

Une réflexion sur “ Le deuxième effet Dobble (3/3) ”

  • 20 mai 2017 à 9 h 43 min
    Permalink

    Bonjour,

    Excellent article! Bien que j’en parle à travers quelques articles sur mes sites, la question de l’addiction et les jeux d’argent, notamment à destination des mineurs restent épineuse.

    Bien que la FDJ ait lancé il y a quelques jours maintenant un plan de formation sur le Jeu Responsable à destination de ses équipes sur le terrain.
    Le questionnement repose sur le fait que la FDJ est l’entité qui, à la fois distribue ces jeux, et les mets en avant à travers des partenariats comme l’avez souligné, mais aussi celle qui veille à l’application de la loi concernant le jeu des mineurs.

    Il y a un conflit d’intérêt manifeste, et l’application de la loi ne repose que sur la « confiance », et la bonne volonté de la FDJ. Ce qui est un fait assez rare en France concernant les divers réglementations.

    Par ailleurs, la stratégie de la FDJ est montée d’un cran depuis le Dobble, puisqu’elle a mis sur le marché un autre jeu entièrement inspiré d’un… jeu vidéo.

    Il sera intéressant de voir la suie des événements.

    Bien à vous

    Réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *