Les jeux parodiques (1)

Contrairement à la satire ludique dont l’objectif est une critique moqueuse dans l’intention de porter à réfléchir sur une réalité par l’intermédiaire du jeu, le jeu qui parodie un autre jeu est une forme d’humour qui utilise les standards d’un jeu de société pour s’en moquer. En France, toute exploitation d’œuvres sans l’autorisation de son auteur constitue un acte de contrefaçon. Toutefois l’article L 122-5 du Code de la Propriété intellectuelle aménage certaines exceptions au droit d’auteur : il en est ainsi de la parodie, le but poursuivi doit, en principe, être de faire sourire ou rire par son aspect comique ou sa raillerie, sans pour autant chercher à nuire à l’auteur du jeu concerné. Cette intention implique un travail de démarquage, de travestissement ou de subversion de l’œuvre ludique. Une parodie impossible à distinguer du jeu original constituerait une atteinte aux droits d’auteur.

Vidéo parodique des jeux de société par les Inconnus

Tout le monde se souvient de parodie télévisée comme TéléchatLes InconnusLes Nuls ou encore Les Guignols de l’info. Il existe de nombreuses parodies cinématographiques comme OSS 117 ou Mars Attacks!. Dans la musique, on peut citer Fatal Bazooka ou le phénomène Lip Dub sur youtube. La presse écrite n’est pas en reste avec Le Canard enchaîné ou plus récemment Le Gorafi. La littérature s’en est fait une spécialité avec de nombreuses parodies de livres ou encore des créations comme la Désencyclopédie pour Wikipedia. Dans le jeu vidéo, on retrouve le grand succès Les lapins crétins ou encore des parodies réaliste comme Rémi Gaillard et son Mario Kart. Le jeu qui parodie un autre jeu n’est pas une copie mais un détournement des standards d’un jeu de société reconnu pour en faire un jeu absurde :

En anglais :

  • 2003 – Rezopoly (Ktafan), parodie du Monopoly (1935) par des cataphiles
  • 2010 – Plop trumps (Cheatwell Games), parodie de Top Trumps (1968) avec de la merde
  • 2010 – Titty Grab (4Play Games), parodie de Jungle Speed (1996) avec un sein
  • 2012 – Doddy Head (Daron), parodie Butt He dead (2002) avec de la merde
  • 2014 – Poop (Breaking Games), parodie du Uno (1971) avec de la merde

En français :

  • 2015 – Gourcuff Maboul (Winamax), parodie footballistique de Docteur Maboul (1965)

La limite entre le plagiat et la parodie dans le jeu de société français est à ce jour marqué par le jugement rendu entre Jungle Jam et Jungle Speed alors que le jeu Titty Grab, parodie potache et rigolote du Jungle Speed avec un sein à attraper n’a pas été inquiété. Il n’existe que quelques principes pour différencier le plagiat de la parodie et de la création mais aucune loi ne précise les limites à ce jour. D’ailleurs, il est fréquent de voir sortir de façon quasi-simultanée des jeux aux mécaniques très similaires comme ce fût le cas pour Chronicards et Time Line ou pour Dobble et TamTam. Cela pose la question de la limite entre la création, la parodie et le plagiat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *