Le monde du jeu de société en 2017 vu par une boutique

Le monde du jeu de société est, on le sait, en plein boom. Le marché est fructueux et se développe au point d’avoir vu arriver sur les étals de nos boutiques un millier de nouveautés pour l’année 2016. Mais que se passe-t’il une fois en boutique ? Est-ce que tous les jeux se vendent dans les mêmes quantités ? Y’a-t’il un type de jeu qui se vend toujours mieux que d’autres ? Un jeu primé se vend t’il mieux qu’un jeu non primé ? J’ai comme appui les chiffres de vente d’une de nos boutiques depuis le début de l’année 2017, Le Temple du Jeu Nantes. Située dans une grande ville, c’est une des plus importante du groupe en terme de chiffre d’affaire et de nombre de passages en caisse.

Pour ce premier article, nous allons essayer de décortiquer ensemble le haut du classement des ventes et essayer de comprendre pourquoi ces jeux sont là par rapport aux autres. 
En tête de classement, 3 jeux se démarquent avec plus d’une centaine d’exemplaires vendus chacun. Ces trois jeux sont très différents les uns des autres et ne s’adressent pas au même public. Il s’agit de 7 Wonders Duel, Codenames et Blanc Manger Coco.

Blanc Manger Coco va s’adresser à un public aimant les jeux où l’humour est très présent. Codenames mêle extrêmement habilement l’ambiance et la stratégie et enfin 7 Wonders Duel est un jeu de stratégie désigné uniquement pour une configuration à 2 joueurs.
 Comment peut-on expliquer un tel succès ? Pleins de facteurs sont à prendre en compte. Déjà, le réflexe est de se dire que l’on parle de « bons » jeux. En soi, vous n’auriez pas tort, mais on sait d’expérience qu’un jeu que nous trouvons « bon » voire même « excellent » peut ne pas plaire du tout à un autre joueur.

Essayons donc de trouver ensemble les facteurs d’une telle réussite.
 Pour moi, ces facteurs sont nombreux et ne sont pas tous obligatoires. Souvent, il suffit qu’un de ces facteurs soit traité de manière exceptionnelle pour qu’un jeu se fasse sa place dans le top des ventes.
 Voici quelques éléments qui aident grandement un jeu à se faire sa place dans le haut du classement :

  • Design de la boîte (et du matériel à l’intérieur, mais cela joue sur un second temps)
  • 
Communication externe faite autour du jeu
  • Thème
  • 
Mécanique de jeu originale
  • Nom d’auteur/ d’éditeur/ d’illustrateur
  • Licence utilisée

Dans l’exemple en cours, ces trois jeux ont une utilisation complètement différente de ces facteurs. Blanc Manger Coco (qui est une traduction/adaptation d’un concept qui avait cartonné outre-atlantique) a commencé à faire partie des tops des ventes après la mise en ligne sur une chaîne d’un Youtuber plus que connu d’une vidéo faisant l’apologie de ce jeu. Je me souviendrais toujours du lendemain de la mise en ligne de la vidéo où je suis arrivé à la boutique et que la table de préparation de colis pour les clients du site internet était remplie de Blanc Manger Coco uniquement, alors que les jeux étaient en stock depuis plusieurs semaines voire des mois et n’avaient pas bougés tant que cela. Donc pour celui-ci, c’est la communication externe qui a tout déclenché. Après, les retours des joueurs ont entretenus la « hype ».

Pour Codenames, la mécanique du jeu était originale et bien pensée. A peine un vendeur vous la décrit que vous avez déjà envie de tester le jeu. Cette mécanique d’association d’idées pour faire deviner à des gens de son équipe est l’idéal pour prouver à l’autre équipe que vous êtes plus malins qu’eux. Et du coup ça touche à la fois à l’ego et la possibilité de chambrer les autres. L’idée en plus de pouvoir perdre immédiatement la partie insiste sur l’immédiateté de la mise en place du jeu et du fun. De plus, le thème choisi est toujours porteur (agents secrets) et le travail d’adaptation en font que les retours sont positifs donc les joueurs en parlent, le font jouer et l’offrent.

Les vendeurs du Temple du jeu de Nantes

Enfin pour 7 Wonders Duel, d’autres facteurs sont, selon moi toujours, plus déterminants. En argumentaire de vente, je ne parle pas de la mécanique, ni des vidéos Youtube faites dessus, mais davantage des auteurs très connus avec un passé ludique exceptionnel, d’une maison d’édition irréprochable et d’une licence qu’ils ont évidemment très bien respectée. Ce jeu est donc un « petit frère » et son « aîné » est l’un des jeux les plus connus et apprécié de ces dix dernières années.

Le grand frère primé de multiples fois

Chacun de ces jeux joue en majorité sur des facteurs différents, mais ils n’en oublient pas les autres (tout est travaillé, mais l’accent est mis sur tel ou tel élément). Pour les curieux, voici la liste du peloton suivant (8 jeux qui se sont vendus entre 51 et 64 exemplaires pour la même période) :

  • Dixit Odyssey 
  • Mysterium
  • Imagine
  • Unlock!

  • Limite Limite

  • Kingdomino

  • Mr Jack London

  • Pantheon (extension 7 Wonders Duel)

Je finirais par dire que d’autres facteurs un peu plus terre-à-terre ne sont pas pour rien dans l’ordre de ce classement, tels que les ruptures de stock chez le fabricant, les dates de sorties, les préférences des vendeurs et la mise en avant en rayon. Mais globalement, le fait qu’un jeu cartonne ou pas en nombre de ventes ne dépend pas seulement de la qualité du jeu, mais également de la communication en général faite autour de celui-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *